PUBLICATIONS EN REVUES

 

 

Ma recette du Bonheur 

 

Publication dans la revue L.ART En LOIRE n°7, janvier 2015

Nouvelle p 58

La déception

 

Je te rejoins, petite sœur, ma vaste déception

N’aies pas peur, je te connais si bien

Tes yeux écarquillés où la lueur s’étiole

Ta bouche absurde qui dégringole

Ton visage vidé par l’outrage et l’heure indifférente

J’aimerais que tu ne sois pas née

Ne pas te ressembler

Et rester fille unique de la joie

Un cri terrible entre dans la chambre

Je m’en vais border ta cadette

La rancune !

 

Publication dans la revue L.ART En LOIRE n° 5, avril 2014

Trois poémes p16 à 18

 

 

Multiforme

 

Je dévisage mes ravins

Racines avides d’errance

Ma voix est restée claire

Malgré l’acidité et les orages

Dont elle se sert

De la confiance à la résilience

Notre visage s’est vendu

Aux formes multiples

Aux accents intemporels

La chaleur d’un possible claque dans un verre

Puis rentrant les mains,

Notre joie se tient à bout portant

Du renoncement

Dans des silences d’ascenseur, on enfouit

Quelques rumeurs

D’autres variations les reprendront

Jusqu’au refrain commun

Notre dérive est permanente

A vouloir rejoindre notre centre

Et c’est en comprenant le kaléidoscope

Eclaté en nous, que la complexité du monde

Se rassure

 

 

Publication dans la revue Vers à Lyre, Mai 2014

 

 

Les pieds nus croisés sur la source, une naïade caresse ses doutes. Un pigeon noir lui picore les cils. Deux amants tournent le sexe à leur serment, les jambes fermées par l’usure. Une jument verte s’échappe de leurs cris, de leurs reproches de cuisine. S’enivrant de vins âcres, ils récitent le soir des contes de sang face au miroir. Les cheveux pris au gris de la lune, ils dissèquent le fouloir de leur noce sur les planches du grenier. Et le vent rit de l’attaque du géant, ce molosse à trois dents : le Temps !

 

*

 

Sur la crique roule la mer, lessive de petits galets blancs. Léger surplomb de cabanons à l’abandon qui portent des tissus déchirés au mât de leur béton armé. Ils semblent comme soulagés d’avoir été délaissé de l’enfer des vivants. Leurs fenêtres colmatées aux battants rouillés observent le va et vient de l’éternité. Une femme âgée et fripée ramasse des coquillages, seins nus, dans un geste répété depuis l’enfance. Son pied slalome dans l’amoncellement de serviettes, tamise le peu de grains qu’il reste avant que le grand sablier se renverse.

 

*

 

Les cendres de mes rêves embrasent la lune.

Infinitives voix : d’où viennent ces sommations ?

Remettre le disque qui tourne dans ma bouche fermée

Au début de la chanson

Quand il n’y avait aucune rayure à ma confiance

Quand rien en moi n’était l’ombre du bourreau

 

Extraits de "Fragments d'une poésie urgente"

Publication dans la  Revue à l’index n°23, février 2013, Epouville 

 

  

 

Les mortels 

 

J’ai vu un lutin, élargir l’échancrure de la meurtrière

Sur le dos de l’âne, soufflent des naseaux effrontés

La pierre est rieuse à travers le végétal qui la colonise

Elle transpire en silence sous le rayon chaleureux

Des oisifs retroussent leur nez vers un ciel d’azur

Et laissent dégringoler les vocalises argentées des amantes

J’ai vu la pierre se laisser tomber, se laisser culbuter

L’homme est un passager avide de traces

J’entends l’humilité du ciel réparer nos cendres

Le sang séchera, l’eau continuera sa levée

Course de gouttelettes, cycles torrentiels et paroles de mortels

 

 Publication dans la revue Florilège n°151, juin 2013, Dijon

 

 

Les pierres

 

Que portent ces pierres ?

Le cabaret vert de Rimbaud

Couleur ocre et escalier voûté

Adoration du passé

Rejoindre par le regard l’authenticité

 

Que porte le vague de nos yeux ?

 

Du bleu dans la grande trieuse

 

Laisserais-je le long d’une route

Au détour d’une rue

Mon Nom ?

 

Ou serais-je comète d’un Dieu

De passage anonyme

Dans le cercle de feu ?

 

Seul le poème supplantera l’aube

 

Publication dans le recueil "la voix des poèmes" Europe en poésie, mars 2013, Montpellier

 

 

 

Nervure

 

Etre Nervure

Dans l'immobilité généreuse

Ne plus vivre les heures qui passent

Comme une attente

Dompter l'invisible

Patience

Se laisser piquer

Par l'aiguille du temps

Couler, Remonter

Sur la vague du vent

Ne plus se sentir

Obligé

Chandail et désir avarié

Etre Nervure

Dentelle

Fil recousu

A la force d'un rêve

 

Publication dans la revue Libelle, Janvier 2013, Paris

 

En fèvrier 2011, Véronique Sauger a repris les textes de mes recueils de poésie sur une musique pour piano de chostakovitch, dans son émission Conte du jour et de la nuit sur France Musique. 

Vous pouvez télécharger et écouter ces belles lectures :

Les dentelles (1)
France_Musique_les_dentelles_1.mp3
Fichier Audio MP3 4.9 MB
les dentelles (2)
France_Musique_les_dentelles_2.mp3
Fichier Audio MP3 5.0 MB